Intérêt en EHPAD du robot émotionnel Pepper dans les troubles neurocomportementaux de la maladie d’Alzheimer - Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines Access content directly
Journal Articles NPG: Neurologie - Psychiatrie - Gériatrie Year : 2021

Intérêt en EHPAD du robot émotionnel Pepper dans les troubles neurocomportementaux de la maladie d’Alzheimer

Abstract

Can geriatric technologies really be effective among elderly people with Alzheimer's dementia and living in institutions? Our controlled, randomized, single-blind, comparative study attempted to answer this question. The study was conducted in two nursing homes among 31 subjects with an average age of 79.4 ± 6.9, and an average MMSE score of 12.2 ± 3.6. The results show that the Pepper robot, compared to a soft toy, is capable not only of entertaining, but above all of inducing qualitative and quantitative clinical effects. During the 20-minute sessions, a decrease in apathy was observed with Pepper (6.7 ± 6.5 min vs. 18.4 ± 3.8 min, P < 0.001), a decrease in ambulation (4.5 ± 4.2 min vs. 18.2 ± 4 min, P < 0.001), a decrease in the duration of anger and aggression (3.7 ± 2.86 min vs. 16.22 ± 4.8 min, P = 0.001) and greater interactivity (10.02 ± 0.40 min vs. 4.4 ± 0.42 min, P < 0.001). When residents were asked to choose, they preferred Pepper (65 %) over the soft toy (35 %, P = 0.03). Alongside, we observed an impact on the subjective workload of caregivers: 48 % of the staff (vs. 38 %) considered that the presence of Pepper facilitated their task in situations of crisis. For the soft toy, the proportion of satisfied caregivers was only 14 % (P = 0.017).
La gérontechnologie serait-elle réellement capable d’agir de manière efficace chez des personnes âgées institutionnalisées avec démence d’Alzheimer ? C’est à cette question que notre étude (contrôlée, randomisée en simple aveugle et comparative) a tenté de répondre. L’étude a été menée dans deux EHPAD sur 31 résidents dont la moyenne d’âge était de 79,4 ± 6,9 ans, présentant un score MMSE moyen de 12,2 ± 3,6. Les résultats montrent que le robot Pepper, comparé à une peluche, est capable non seulement de divertir, mais surtout d’induire des effets cliniques qualitatifs et quantitatifs. Lors des séances de 20 minutes, il a été constaté une baisse de l’apathie avec Pepper (6,7 ± 6,5 mn vs 18,4 ± 3,8 mn, p < 0,001), une diminution de la déambulation (4,5 ± 4,2 mn vs 18,2 ± 4, mn, p < 0,001), une baisse du temps de colère et d’agressivité (3,7 ± 2,86 mn vs 16,22 ± 4,8 mn, p = 0,001) et une plus grande interactivité (10,02 ± 0,40 mn vs 4,4 ± 0,42 mn, p < 0,001). Lorsqu’on proposait aux résidents de choisir, ils préféraient Pepper (65 %) à la peluche (35 %, p = 0,03). De plus, nous avons observé parallèlement un impact sur la charge de travail subjective des soignants : 48 % du personnel (vs 38 %) reconnaît que la présence de Pepper soulage leur travail pendant les crises. Pour la peluche, la proportion de soignants satisfaits n’était que de 14 % (p = 0,017).
Fichier principal
Vignette du fichier
Pepper_version acceptée.pdf (843.36 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

hal-03330039 , version 1 (31-08-2021)

Licence

Attribution

Identifiers

Cite

I. Npochinto Moumeni, F. Mourey. Intérêt en EHPAD du robot émotionnel Pepper dans les troubles neurocomportementaux de la maladie d’Alzheimer. NPG: Neurologie - Psychiatrie - Gériatrie, 2021, 21 (121), pp.11-18. ⟨10.1016/j.npg.2020.09.005⟩. ⟨hal-03330039⟩
132 View
326 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More